Skip to Main content Skip to Navigation
Book sections

Transmission de la langue bretonne : une pratique genrée ?

Catherine Adam 1, 2, 3 Gaëlle Violo 3
3 CRBC Brest - Centre de recherche bretonne et celtique
UBO - Université de Brest, IBSHS - Institut Brestois des Sciences de l'Homme et de la Société, CRBC - Centre de recherche bretonne et celtique
Résumé : Désormais, trois générations, voire quatre, n’ayant pas le même vécu, les mêmes compétences linguistiques, les mêmes représentations de la langue bretonne et de fait les mêmes attitudes à son égard, coexistent en Bretagne. A la fin des années 1970, la rupture intergénérationnelle de la transmission a fait émerger une nouvelle demande sociale, celle d’un enseignement/apprentissage de la langue bretonne par le biais d’une scolarisation en breton dès l’école maternelle. Les femmes ont-elles un rôle particulier dans cette évolution ? Sans donner de réponses trop hâtives, nous pouvons tout d'abord établir les constats suivants. Les femmes ont régulièrement été désignées comme ayant joué un rôle non négligeable dans les changements linguistiques en Basse-Bretagne, au cours du siècle dernier. En effet, il a souvent été dit qu'elles avaient plus vite délaissé le breton que les hommes (Broudic, 1998 : 375-396). Cette opinion explique sans doute l'idée tenace que ce sont elles, en Basse-Bretagne, qui ont arrêté de le parler à leurs enfants. L’abandon plus rapide du breton par les femmes que par les hommes au sortir de la Seconde Guerre mondiale, a effectivement pu avoir un impact sur la passation linguistique au sein du foyer. Tout comme la moindre connaissance du français par les femmes, faute de scolarisation, peut avoir prolongé la transmission familiale du breton au début du XXᵉ siècle (ibid.). Ces propos, qui mettent en exergue l'implication des femmes, sont aussi sous-tendus par l'idée, répandue en Bretagne, que la société y serait de type matriarcal, apparaissant comme un point valorisant et distinguant. Autrement dit, les femmes y joueraient un rôle prépondérant dans l'organisation du groupe, de la maisonnée et dans les processus de transmission. Enfin, on ne peut omettre que l'utilisation de l'expression « langue maternelle » renforce l’idée que ce sont les femmes qui transmettent la langue à leurs enfants, excluant l’implication paternelle et tout processus de socialisation. Dans cet article, nous souhaitons explorer la question du rôle des femmes dans le processus de transmission de la langue bretonne, sans pour autant prétendre à une définition exhaustive de leur(s) impact(s) dans les prises de décisions linguistiques pour leurs enfants. Pourquoi avoir arrêté de parler breton à ses enfants autrefois ? Et pourquoi vouloir, aujourd'hui, que ses enfants l’apprennent à l'école ? Bien plus qu’une réponse quantitative, nous proposons de mettre en perspective des discours de femmes sur la passation linguistique avant et après la rupture qui caractérise la transmission intergénérationnelle du breton. Que disent ces femmes de leur choix ? Quelles sont les représentations en présence ? Les discours sont-ils les mêmes d'une génération à l'autre ? Les motivations à apprendre le français autrefois et celles de faire connaître le breton aujourd’hui sont-elles similaires ? Peut-on dire qu'il s'agit de processus de transmission identiques ? Pour y répondre, nous nous basons plus particulièrement sur deux recherches, l'une menée en sociolinguistique, l'autre en ethnologie. La première s'intéresse au choix de parents d’une scolarisation bilingue breton-français ou immersive en breton pour leurs jeunes enfants. La seconde a davantage interrogé la transmission intergénérationnelle et familiale de la langue en Basse-Bretagne. Tout en suivant des approches différentes et des méthodologies distinctes, nos deux études s'avèrent complémentaires dans la compréhension de la transmission de la langue bretonne sous toutes ses facettes.
Complete list of metadatas

https://hal-ensta-bretagne.archives-ouvertes.fr/hal-01387086
Contributor : Catherine Adam <>
Submitted on : Tuesday, October 25, 2016 - 10:38:12 AM
Last modification on : Friday, December 13, 2019 - 10:42:07 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-01387086, version 1

Citation

Catherine Adam, Gaëlle Violo. Transmission de la langue bretonne : une pratique genrée ?. Presses universitaires de Rennes. Bretonnes? Des identités au carrefour du genre, de la culture et du territoire, Presses universitaires de Rennes, 2016, Essais, 978-2-7535-4301-0. ⟨hal-01387086⟩

Share

Metrics

Record views

349